PROCHAINS CONCERTS

Début 2019...

En attendant... si vous vous ennuyez de Rockstalgy, vous pouvez commander notre CD aux adresses suivantes:
rockstalgy@romandie.com

chrischlatter@hotmail.com

En 1963, le groupe rock lausannois Les Aiglons (Léon Francioli, Jean-Marc Blanc, Laurent Florian, Antoine Ottino et Christian Schlatter (ci-contre) faisait un petit tour du monde avec «Stalactite», un tube de l’été dont les disques Barclay vendirent plus d’un million de copies dans une vingtaine de pays. Cet inattendu succès, longtemps programmé sur Europe No 1, se hissa dans une foule de hit parade, tutoyant même la vingtième place du fameux cash-box américain. La vie du groupe, fondé en 1961 dans le quartier de Chailly, se prolongea jusqu’en 1966, au travers de tournées, d’un deuxième tube («Panorama», 7e au hit de SLC) et de l’indicatif de l’émission «Balzac 10-10» sur RTL…
Rockstalgy...DEUX… ET TROIS...
​Depuis lors, jamais les Aiglons n’avaient rejoué «Stalactite», encore moins «Panorama». Mais il ne faut jamais dire jamais. En effet, Christian Schlatter et Antoine Ottino, grâce à leur groupe ROCKSTALGY, revisitent les succès de leur jeunesse et proposent donc aujourd’hui  aux nostalgiques des sixties un nouveau spectacle intitulé «Mental Instru» , qu’ils ont inauguré en 2010. La nouvelle équipe de ROCKSTALGY est complétée par Jean-Pierre Hornung, transfuge du combo lausannois «Behind the Gommier», Jean-Jacques Morattel, saxophoniste ayant joué dans les sixties avec les "Loups Blancs",  et Cyril Mrazek, guitariste dont la Suisse romande apprécia le talent virtuose avec les «Socquettes Mauves».
Claude "Jenny" Isnard (chant) a rejoint le groupe en 2017.
Yves Lehmann (chant) nous donne un coup de main (sic)...
2018... A la suite des départs de Jean-Jacques et Antoine, le groupe recrute, en plus d'un nouveau chanteur, Raymond au saxo/flûte et Patrick à la basse…
Cap sur l'avenir!

On a retrouvé Stalactite!

Cyril Mrazek...

Il a découvert la guitare à l'âge de treize ans. Né en 1949 à Prague, ce guitariste soliste de talent a essentiellement joué avec un groupe assez connu en Suisse romande: les «Socquettes Mauves». Lorsque ce combo cessa ses activités, Cyril ne laissa pas son instrument dans le placard. Il continua à travailler avec plusieurs musiciens. Fin 2008, il a répondu à l’appel de Christian, désireux réaliser un projet instrumental. C’est aujourd’hui chose faite et Cyril a donc rejoint Rockstalgy. Il apporte au groupe un son parfaitement maîtrisé, un style qui convient au mélange des sonorités teintées de hard avec les mélodies célèbres des années soixante. Originaire de l’ex-Tchécoslovaquie, Cyril est venu en Suisse en 1968 et a obtenu, quelques années plus tard, la nationalité helvétique.

"A mon enterrement, je voudrais entendre une dernière fois le concerto pour deux violons opus 1043 de J. S. Bach; mais pas par un orchestre latin dont les musiciens ne comprennent rien à Bach….. S'il vous paraît trop long, vous n'avez qu'à pas venir!"
 

Plus tard, Cyril, plus tard...

Christian Schlatter anime une émission en ligne, "Chapelle Sixties" sur le site de VOXINOX.CH, la radio des séniors...

Jean-Pierre Hornung...
On l’appelle parfois «Docteur». Avec beaucoup de sérieux car Jean-Pierre a consacré tellement de temps à l’étude des sciences qu’il est devenu directeur de l'Ecole de médecine de l'Université de Lausanne. Ce professeur en biologie de 60 ans a donc peu de temps à consacrer à la musique mais il le fait avec plaisir et s’occupe même accessoirement de la caisse du groupe et de son matériel. Toujours prêt à se pencher sur ses claviers pour apprendre un nouvel arrangement, Jean-Pierre retrouve (et parfois… découvre) depuis 25 ans les saveurs rock and roll qui n'ont pas toujours bercé son enfance et que ses nouveaux partenaires lui enseignent. Un juste retour des choses…

EN CONCERT

Liste des chansons.

Intro,                                               
Slowdown (Beatles)

Hippy Shake (Pacemackers)

Honey don’t (Beatles)
Long Tall Sally (Beatles)

                        

                                                            

Secteur «Rolling Stones»

Carol 

Around and around 

Honky Tonk Woman

Jumping Jack Flash

Et aussi...

 


Roll over B. (Beethoven/Berry)

Locomotive Breath (Jethro Tull)
Black Night (Deep Purple)
Marylisa (kitch genevois!!)
Proud Mary (CCR)

Whatever you want (Status Quo)
 

Down Down (Status Quo)

Unchain my Heart (Cocker)

Vivre pour le meilleur (Johnny H.)

Rocking all over the world (Fogerty/SQ)

Gimmie all your loving (ZZ Top)

Let it be (Beatles)

Gabrielle (Hallyday)

Smoke on the water (Deep Purple)

VOIR AUSSI REPERTOIRE 
INSTRUMENTAL….

Eric Tercier

Venu tout droit d’Yvonand, où ses parents possédaient un commerce, ce chanteur a très vite imposé sa voix teintée de blues avec le groupe «Cactus», dont il devenu le leader dans les années 80. Il est né en 1950 et ses amis le surnomment affectueusement «Chouille», un sobriquet devenu célèbre dans toute la région romande, en particulier avec le groupe « Nuit Blanche », avec lequel il interprète, entre autres, une version déroutante de «With a Little Help for my Friends", à la manière du regretté Joe Cocker.
Mais Eric a aussi développé des talents d’auteur-compositeur (1 CD ).
Sur les conseils de son tout nouveau manager, Rockstalgy, en panne de chanteur, n’a pas fait long pour auditionner et accepter «Chouille» dans sa nouvelle formation. Cap sur 2019…
 

Anecdote : Eric Tercier anime un piano-bar «Sous la Gare», dans le sous-sol du Café de la Gare à Yvonand. C’est tous les vendredis soir…

Christian Schlatter...
Journaliste à la retraite, il est spécialisé depuis 40 ans dans les aventures sportives et commente en particulier les exploits des joueurs de hockey sur glace. Tout cela sans savoir vraiment… patiner. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il n’est pas seulement un supporter du Lausanne HC mais de tous les clubs romands! Né à Lausanne le 28 mai 1945, il a fait partie des Aiglons, déjà derrière la batterie de 1962 à 1966, lorsque le groupe fut dissout. Après quelques années de pause musicale au cours de laquelle il eut un fils, Frédéric, et participa à quelques cours de répétition épiques en qualité de capitaine de DCA, il fonda au printemps 1985, le groupe «Rockstalgy», puis, en 1997, les «Hollywood Hunters» (un CD, «Dédicaces», en 2000) avant de jouer avec «Etienne et les Magneto», de 2002 à 2007. En marge de ses activités de journaliste sportif, il a aussi eu le temps d’écrire deux livres en mettant au clair ses souvenirs de rocker lausannois, suisse et international. Le premier «Rock’n’roll en Romandie» (épuisé et difficile à trouver) est sorti en 1984.

Quant au second, "Diabolo Rock" (Ed. Slatkine/2008,) il retrace une foule de souvenirs liés à l'histoire du rock telle que les a ressentis Christian et côtoyant le monde du show business...

Raymond Girardier
 

Originaire du Nord vaudois, Raymond (né en 1949) s’est passionné très jeune pour les instruments à vent. Doté d’une exceptionnelle oreille, il progressa rapidement et devint un talentueux saxophoniste.
Il s’est spécialisé dans le jazz mais a tout de même de solides racines de rocker puisqu’il a joué de nombreuses années avec «Cactus», groupe de rock mythique de la région, où il apporta aussi un son très "Jethro Tull» grâce à sa virtuosité avec une… flûte traversière.
Il a répondu favorablement à Rockstalgy pour remplacer le sax de Jean-Jacques Morattel et la bande de «papy du rock» apprécie beaucoup sa facilité d’adaptation à des sonorités plus hardeuses…

Patrick Riganti
 

Entré dans la bande de Rockstalgy pour remplacer Antoine Ottino, « Riri » est une vieille connaissance de Christian, avec qui il joua dans les « Hollywood Hunters », groupe qui traversa toute la Suisse romande entre 1997 et 2002, avec notamment le «show-Johnny» d’Olivier Singy.
Après avoir passé quelques années avec une bande de joyeux rockers celtiques (Glasnost), Patrick Riganti avait rangé sa basse pour occuper ses loisirs de technicien à la RTS en créant «voxinox.ch», la radio en ligne des « jeunes séniors » où l’on retrouve pas mal de retraités des studios de la Sallaz..
.Pilote d'avion chevronné, mais aussi "disc jockey" réputé (ce qui lui a valu le surnom de  «Black Baron") , il n’a rien perdu de sa force tranquille aux commandes d’une basse électrique Fender et va sans nul doute se glisser très vite dans le répertoire «pâte mi-dure» de Rockstalgy…

© REVOLVER

  • w-facebook
  • w-twitter
  • w-tbird